Les enfants à l'école

APPROCHE TÊTE-CŒUR-CORPS

On considère souvent qu’apprendre c’est faire travailler sa tête. Or, apprendre c’est apprendre avec sa tête, mais aussi avec son cœur et son corps. Cette approche, à la fois intellectuelle, émotionnelle et corporelle a été popularisée par Audrey Akoun et Isabelle Pailleau dans leur ouvrage Apprendre autrement avec la pédagogie positive.

L’école l'Envol des Papillons s’inspire de cette triple approche pour proposer un accompagner global de l’enfant :

 

Apprendre avec sa tête

 

Antoine de la Garanderie, philosophe et pédagogue, a mis en évidence cinq gestes fondamentaux dans l’acte d’apprendre qui permettent à l’enfant de mieux réussir ce qu’il entreprend si mis en place au moment de l’apprentissage :

  • Le geste d’attention : consiste à se mettre en projet de faire exister dans sa tête ce qui sera perçu par nos cinq sens. On parle d’évocation.

  • Le geste de mémorisation : consiste à faire revenir ses évocations à une fin précise

  • Le geste de compréhension : consiste à comparer en permanence ce que je perçois et ce que j’évoque

  • Le geste de réflexion : consiste à aller puiser dans mes connaissances les informations dont j’ai besoin pour réaliser une tâche donnée. Ce geste ne peut exister qui si les 3 premiers ont été effectués

  • Le geste d’imagination : consiste à imaginer, à partir de ce que je connais déjà, des mondes cachés dont j’ai l’intuition.

 

 

Apprendre avec son cœur

 

L’acte d’apprendre n’est pas réservé uniquement au cerveau. Ce serait trop simple ! Apprendre demande aussi d’être à l’écoute de son être sensible.

 

La manière dont l’enfant (et les adultes aussi) va s’approprier le monde (donc apprendre) est fortement conditionnée par son histoire personnelle, par ses croyances, et par celles de ses parents. Accompagner l’enfant dans son chemin d’apprentissage c’est aussi prendre en compte son ressenti émotionnel et psychique. Un problème d’apprentissage peut être lié à un blocage émotionnel.

 

 

Apprendre avec son corps

 

Le corps doit être considéré comme bien plus qu’un simple outil de motricité. Il peut devenir un vrai partenaire et complice des apprentissages si on prend soin de ses besoins. Ceci est d’autant plus vrai pour les enfants : une bonne nuit de sommeil, un petit déjeuner équilibré et un gros câlin avant d’aller à l’école sont des aides précieuses pour lui permettre d’appréhender les nouveaux défis de sa journée.